Page d'accueil

Le camp militaire de St Cyr Coëtquidan

Le camp national militaire de St-Cyr Coëtquidan est situé à l'Est du département du Morbihan et au Sud de la forêt de Brocéliande. D'une superficie de 5253 hectares, il s'étend sur 6 communes : Campénéac (1 945 ha), Beignon (1 597 ha), Augan (568 ha), Porcaro (491 ha), Guer (358 ha) et Saint-Malo de Beignon (75 ha). Le camp accueil actuellement 3 écoles militaires.

Origine et évolution du camp militaire de Saint-Cyr Coëtquidan

De juillet 1870 à janvier 1871, la guerre franco-allemande oppose la France et les États allemands coalisés sous l'égide de la Prusse. La perte de l'Alsace-Moselle, l'affirmation de la puissance allemande en Europe au détriment de la France, ainsi que la cuisante défaite française, causée majoritairement par la préparation insuffisante de l'armée du second empire, engendrent un sentiment de frustration intense. C'est ici qu'il faut trouver la justification de la création du camp de Saint-Cyr Coëtquidan .

Les différentes étapes de sa constitution

L'origine du camp remonte à 1873, quand un camp temporaire fut érigé du côté de St Malo de Beignon, sur le versant Nord.

Dès 1878, le camp devient permanent et l'on procède alors à l'expropriation de 1063 Ha afin de bâtir un champ de tir d'artillerie de 8,2 Km de long sur 1,2 km de large.

De 1906 à 1912, 4190 nouveaux hectares sont acquis. Le champ de tir d'artillerie d'origine est institué en camp d'instruction national. D'importantes constructions sont réalisées sur le versant Nord.

1ère guerre mondiale

Du 15 août 1917 au 30 juin 1919, pendant la 1ère guerre mondiale, les Américains s'implantent sur le camp. Ils en modernisent considérablement l'infrastructure (réseau d'eau potable, gare ferroviaire de Guer…).

L'entre-deux guerres : phases de construction

A la fin de la première guerre, d'autres bâtiments, plus fonctionnels, sont construits sur le versant Sud (545 bâtiments en 1927). Le camp bâti est subdivisé en îlots, chacun identifié par une lettre et organisé pour accueillir un régiment.

A partir de 1930, de belles constructions en pierre de schiste et granit sont réalisées : l'hôpital, le P.C. du camp, le P.C. des troupes en manœuvres, etc.

Seconde guerre mondiale

Après avoir reçu tout d'abord des réfugiés espagnols Républicains (De mai à octobre 1939) qui ont édifié 7 baraquements en pierre au bois du Loup, puis l'Armée Polonaise en déroute (De fin 1939 à juin 1940, plus de 22.000 soldats), le camp est sous occupation allemande de juin 1940 à juin 1944.

De juillet à décembre 1944, ce sont les F.F.I. qui s'y établissent. Puis de janvier à juin 1945, les américains leur succèdent.

Après 1945

En juillet 1945, l'E.M.I.A., (réunissant les saint-cyriens et les élèves issus des corps de troupe) s'installe au camp, suite au bombardement de juillet 1944 de l'École de Saint-Cyr, près de Versailles. Les premières promotions occupent les anciens bâtiments en très mauvais état des quatre îlots du versant sud. Elles construisent de nouveaux bâtiments à l'îlot T, fonctionnels dès 1955.

En 1962 commence l'édification de la nouvelle École : immense complexe moderne. Les nouveaux locaux furent progressivement occupés dès la rentrée de 1965 et l'inauguration officielle eut lieu fin juillet 1969.

En 2004, on rénove et on étend les bâtiments "Vie" des élèves et on entreprend la construction d'un nouveau P.C. des formations.

Enfin dès 2006, après de nouvelles restructurations, les officiers élèves logent en studios individuels.

Les différentes écoles ayant occupé le camp militaire

L'E.M.I.A.

En juillet 1945, l'E.M.I.A., (École Militaire InterArmes) s'installe au camp de Coëtquidan, lui donnant ainsi son nom actuel. Elle change de nom deux fois par la suite : en 1947, rebaptisée « École Spéciale Militaire Interarmes » (E.S.M.I.A.), supprimée en 1961, pour se subdiviser en deux écoles distinctes : l'École Spéciale Militaire de Saint-Cyr (E.S.M) et l'École Militaire Interarmes (E.M.I.A.).

En 1955, grâce aux nouveaux locaux, le camp héberge aussi les Unités de Soutien (Le 64ème R.I. et les unités de soutient des écoles) dans les 4 anciens îlots du versant Sud.

Début juillet 1967, un 3ème bataillon, celui des Elèves Officiers de Réserve d'Infanterie (E.O.R.), est ajouté à l'E.S.M. et devient le 4ème bataillon, en 1982, suite au passage de la scolarité de l'E.S.M. à 3 ans. Depuis début Juillet 2000, l'E.O.R. forme aussi les Officiers Sous Contrat, Encadrement et Spécialistes (O.S.C. E./S.)

L'E.A.M.

Le 1er août 1977, l'École Militaire du Corps Technique et Administratif (E.M.C.T.A.) s'implante à son tour à Coëtquidan, puis le 1er août 2010, l'École Militaire Supérieure d'Administration et du Management (E.M.S.A.M.), en provenance de Montpellier. Elles fusionnent pour donner naissance à l'École d'Administration Militaire (E.A.M.). La scolarité est de deux ans. L'E.A.M. est dissoute en juillet 2013, pour être transférée avec deux autres écoles, à l'École des Commissaires des Armées à Salon de Provence. Toutefois, la formation initiale militaire des commissaires de l'Armée de Terre et des officiers du C.T.A. (Corps Technique et Administratif) et du S.E.A. (Service des Essences des Armées ?) continue d'être assurée au camp, ainsi que celle de leur formation dans la spécialité R.H. (Ressources Humaines ?)

Refonte des écoles et du soutien du camp

Début octobre 2010, suite à la refonte générale du soutien du camp et des écoles militaires avec celui de nombre d'organismes du territoire à l'été 2010, le Centre de Formation Initiale des Militaires du rang (C.F.I.M.9) de la 9ème Brigade Légère Blindée de Marine basée à Poitiers est venu s'établir sur le site de Coëtquidan. Il assure, sous l'encadrement du 3ème R.IM.A. de Vannes, la formation générale initiale des jeunes recrues pendant trois mois.

+ d'infos

RDV sur les sites suivants :




Le camp militaire de St Cyr Coëtquidan

En savoir +

Contacts

Création site Internet mairie